En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba

ISBN 9782-35759-028-1

Nouveau produit

En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba

Chekib Abdessalam

Plus de détails

14,00 € TTC

Remise sur la quantité

QuantitéRemiseVous économisez
2 5% Jusqu'à 1,40 €

En savoir plus

En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba

Chekib Abdessalam

Et je dis que de la colonisation à la civilisation, la distance est infinie
Aimé Césaire
 
Dans aucun manuel d’histoire, vous ne trouverez trace de la résistance africaine, un siècle durant, de millions d’hommes et de femmes contre les campagnes de conquête et d’occupation barbares, en toute impunité, des armées coloniales. Sur le vaste territoire qui s’étend de l’Atlantique aux confins du Tibesti et du Fezzan, de l’Atlas au Sahel, ils mènent pour la même cause, les mêmes idéaux, une résistance farouche que les officiers coloniaux déclarent avoir atteint les limites de l’invraisemblance. Artillerie, aviation, exactions, prises d’otages, empoisonnements, divisions, mystifications, rien n’y fait, la résistance populaire ne faiblit pas.
 
Un héros parmi les innombrables héros marque cette résistance de son empreinte indélébile de courage, de noblesse, de dignité et de justice, il combat pour la liberté et l’unité : Moulay Hiba, fils du cheikh Ma El Aïnine dont J.M.G Le Clézio a si admirablement relaté la geste dans son roman Désert, dont la partie historique aurait pu s’intituler la Longue Marche.
 
La poésie de tradition orale demeure une source d’information importante sur cette résistance à la colonisation des 19e et 20e siècle. Le locuteur garde vivace l’épopée de la résistance anticoloniale dans tout le Maghreb, le Sahara et le Sahel, inscrite dans le cœur, l’âme des villages, des campements, des qasbahs, des ksours, des montagnes et des vallées.
 
Un cri d’alarme en ces temps de négation du génocide culturel, politique, économique subi par les Touaregs, nomades parmi les derniers grands nomades de la planète, du massacre d’Aderamboukane en 1916 au massacre de Tin Tibaradine en 1990, en passant par Tombouctou au 21e siècle.
 
Chekib Abdessalam
anthropologue, poète, romancier, spécialiste du patrimoine culturel et naturel du Sahara. 
 
 
Avant-propos

Cet ouvrage aborde des faits historiques qui se sont déroulés durant la seconde moitié du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle dans l'ensemble des régions du Sahel et en Afrique de l'Ouest, du Sahara et du Maghreb. 

Ces événements majeurs, non exhaustifs, démontrent l'existence d'une grande étendue et d'une unité des résistances anticoloniales lors de la tentative de colonisation de l'intérieur des terres africaines et continentales. Essentiellement au Sahel et au Sahara qui ne furent pratiquement pas colonisés et donc auront conservé malgré tout en grande partie leur héritage culturel et sociétal. Pour exemple, le service d'État-civil de la mairie de Tamanrasset, ne sera ouvert qu'en 1961. Ce fait est d'une importance primordiale pour des régions entières qui vont beaucoup plus tardivement subir la pression dite postcoloniale de déstructuration humaine, culturelle et socio-économique des groupes et des territoires.

Les derniers fonds identitaires, culturels et civilisationnels africains, sources de richesse et de diversité, sont actuellement en danger de disparition, sous les mêmes coups de boutoirs - qui souvent ne disent pas leur nom - que ceux qui ont entrainé, sur le reste de la planète, l'appauvrissement et/ou la disparition de peuples entiers autochtones ou dits peuples premiers, notamment amérindiens, inuits, la plupart nomades vivant pourtant en harmonie totale avec leur milieu naturel.


 Le mode d'expression poétique de cette évocation est préféré au récit car il est celui qui a toujours été utilisé par les peuples de tradition orale concernés, genre littéraire et média à dimension humaine non marchandisé, qu'ils soient touareg, arabes, amazigh, maures, hassani, peuls, toubous, mandingues, haoussa ou songhaï (zarama ou jarama). 

En ce 21e siècle, la toute récente démolition des vestiges de la capitale du savoir et des sciences, Tombouctou (Timbouktou), pourtant classés au patrimoine mondial de l'humanité, est de fait une dernière offensive contre l'un des plus grands symboles de l'avancée culturelle de la région de la Méditerranée à celles du Fouta Jalon ou du Ghana : Tombouctou (et bien d'autres cités savantes, telles que Gao, Darou Salam, Chinguetti, Oualata, Agadez, Ghadames, Kano, Kankan) qui renfermait plusieurs centaines d'écoles (y compris de médecine) et l'université Sankoré dès le 17e siècle, avec près de 25 000 étudiants et enseignants en provenance du Maghreb et de toute l'Afrique de l'Ouest, l'équivalent de l'âge des lumières d'Andalousie, avec entre autres pôles Oualata, Chinguetti, au nord-ouest, Mobti et Ségou au sud, en plein cœur du continent africain, tout juste avant le désastre colonial, puis celui postcolonial ou plutôt néocolonial.

 Un point fort de cette épopée sera celui de la prise de Marrakech, en 1912, il y a 100 ans, apogée de la résistance du Souss et du Sahara central pendant plus d'un demi siècle. Un des épisodes les plus significatifs de ce passé récent reste celui du massacre par les troupes coloniales des Touareg en Azaouad à Adéremboukane en 1916 dirigés par Firhoun, aujourd'hui à cheval sur plusieurs frontières, autrefois symbole fusionnel ancestral d'alliances et d'échanges humains, spirituels et commerciaux entre Touaregs, Arabes, Peuls, Mandingues et Songhaï.

 Si, à cela, s'ajoutent les séparations, les cataclysmes que sont les sécheresses à répétition et le sous-développement endémique imposé, force est de tirer l'alarme pour la survie et le bien-être de populations dont l'héroïque résistance anticoloniale montre bien la grandeur et la noblesse d'un héritage en péril.

 On comprendra, aussi clairement, l'affront et le déni de droit humain dont les nomades touaregs et maures font l'objet lorsqu'ils sont violentés, qu'on leur arrache de la tête leur turban, qu'ils soient enfermés dans des cachots ou qu'ils soient exhibés dénudés dans les postes de police ou militaires. Le même sort étant réservé aux femmes et aux enfants, il ne reste plus qu'à choisir entre sécheresse, indignité ou sédentarisation misérable dans les périphéries urbaines du continent africain pourtant si riche de ses ressources naturelles, pétrole, uranium, fer, phosphate, or et autres ressources et minerais liées aux nouvelles technologies toujours largement pillées sans vergogne, tout en servant de dépotoir et de zone d'épandage des pollutions, déchets et détritus toxiques du monde dit industrialisé, de terrain d'expérimentation ou de réserve de cobayes ou de main d'œuvre locale à bon marché.

 Voilà, pour exemple, plus de vingt années que des enfants touaregs orphelins sont contraints à la mendicité au centre-ville de Cotonou.

 Vérité accomplie, l'histoire s'écrit, se transmet, ne s'efface pas. L'ensemble des résistances anticoloniales, dont l'épopée de Moulay Hiba, procède de la lutte des peuples africains contre l'indignité, pour le savoir, contre la barbarie, pour la liberté, l'union, le bien-être et l'émancipation. Hommage leur soit fait.

 


Dernière minute : 

 

Malheureusement les ténèbres des derniers événements belliqueux macabres saharo-sahéliens entraînent déjà des bavures, des exactions et des pillages appelés dégats collatéraux sur les populations locales et des exécutions sommaires auxquelles les Touaregs désormais en première ligne, sont exposés comme boucs émmissaires, cibles privilégiées des extrêmismes et des intérêts inavoués de tout bord

"" Notre mission historique, à nous qui avons pris la décision de briser les reins du colonialisme, est d’ordonner toutes les révoltes, tous les actes désespérés, toutes les tentatives avortées ou noyées dans le sang.""

Frantz Fanon, Les damnés de la Terre, 1961


« Et lorsque ce qui avait été mis au cœur des ténèbres se répéta au cœur de l’Europe, personne ne le reconnut. Personne ne voulut reconnaître ce que chacun savait. »
(Sven Lindqvist, Exterminez toutes ces brutes, l'Odyssée d'un homme au cœur de la nuit et les origines du génocide européen, Le serpent à plume, Paris 1999, et Les Arènes, 2007 )
 
 

Table des matières


Épitaphe...........................................................7
Épigraphe.......................................................10
Avant-propos................................................15

Résistance     23
Cavalier de baraka    25
Tranquillement    26
Arcane    27
1860    28
Les antécédents    30
D'Atlantique et d'Atlantide    31
L'antécédent    35
1885 et 1898     36
Boulanouar    37
Équation à plusieurs inconnues    38
Champ de bataille imputrescible    39
1902    40
1902    41
Au caravansérail    42
Après les explorateurs    43
20 femmes en otage    44
1906    46
1911 - 1912    47
 Les chargés d'Affaires    48
Fedala – Tadla - Sidi Moussa    51
Août 1912    52
Été 1912    53
Septembre 1912    55
Sous-lieutenant général Mangin    58
Massacrés mais invaincus    59
Là-haut en Atlas    60
Al Alami    61
Roi élu de Tiznit    63
Allégorie et réalité    64
Nourriture du corps et de l'esprit    65
Tikniout    66
Consonnes gravées    67
Ancestral    69
1914    70
2014    71

Aderamboukane 1916
Paradis et barbarie    72

1916    81
Tadaft et Tidaf    82
Qui ?    84
Qu'en est-il ?    85
Masquer le cosmos    88
1919    89
Années trente .............................................. 89
1932 – 1935 – 1937 …...................................90
Baptiseurs en quinconce    91
Bâtisseurs de château de carte    92
Mangin à New York city    93
1935    94
Zone tribale    95
zone tribale    98
Lever de rideau    100
Ajuster le turban    101
1952 et cinquante suivantes    103
Envoyés spéciaux    105
Tribulation    106
Apercevoir    107
La fête des pierres qui brillent    108
Déambulation    109
2011    110
2012    111
1433    112
2012    113
Frontiéristes du néant    114
Passages obscurs    115
Pouvoir et impuissance    117
Attention    118
Toughacht    119
Partisan    120
Féro-cité    121
Stratagème bancal    122
Tremblez    124
Encore lui    125
Énergie renouvelable    126
Le voile inspiré    129
Il pleut dans le désert    130
Zone tribale des Tilaquiouines    131
Atay    132
Immensité frugale    133
Enfants    134
Caravanier    136
Évidence    138
Personnage de l'épopée    139
Avertissement    140
Sobriété    142
Postcolonial ?    143
Épilogue    144
Le dénouement     148
 
 

Poésie de tradition orale touareg de Akouar Najem

 

TOUTES PROPORTIONS GARDEES

TOUAREGS SAMEDI 06 AVRIL 2013 TELESUD 

LOUIS KEUMAYOU




TOUTES PROPORTIONS GARDEES TOUAREGS SAMEDI 06... par tango53

";Tombouctou,Moulay Hiba,Marrakech,Touareg,chekib abdessalam;En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba Chekib Abdessalam;en passant par tombouctou,l'épopée de moulay hiba chekib abdessalam sahara touareg mali algérie maroc mauritanie niger;En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba Chekib Abdessalam;en-passant-par-tombouctou-;;;06/12/2013 22:11;http://www.alfabarre.com/32-69/en-passant-par-tombouctou-.jpg,http://www.alfabarre.com/32-71/en-passant-par-tombouctou-.jpg,; 

visitez la chaine video youtube des éditions Alfabarre :

https://youtu.be/7p5Fwxp2baU

Avis

Donnez votre avis

En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba

En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba

En passant par Tombouctou, l'épopée de Moulay Hiba

Chekib Abdessalam

17 autres produits dans la même catégorie :

Téléchargement

minicatalogue 2016

Téléchargement gratuit : catalogue général par collection

Téléchargement (1.51M)

alfAbarre prestations

Prestations alfAbarre liées à nos activités

Téléchargement (630.26k)